Ce nouveau dossier d’actualité dédié aux TIC dans le supérieur vient nourrir les collaborations entre l’IFÉ et la MINES (mission numérique pour l’enseignement supérieur), initiées lors des premières journées scientifiques sur la pédagogie universitaire numérique en 2011.

Voici un exemplaire du dossier, le résumé est à consulter sur le site de l’IFÉ.

Endrizzi Laure (2012). “Les technologies numériques dans l’enseignement supérieur, entre défis et opportunités”. Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°78
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=78&lang=fr

Download (PDF, 1.59MB)

Je joins également l’annonce de la mise en ligne du dossier, publiée sur Éduveille.

Aujourd’hui, Petite poucette, pour reprendre la formule de Michel Serres [1], fait des études supérieures. Et plusieurs des cours qu’elle suit utilisent une plateforme pédagogique ; certains sont même totalement à distance.

Dans sa vie privée, elle a plein d’opportunités pour apprendre, elle communique avec ses proches via le Web, elle investit certains médias en ligne pour partager ses passions avec d’autres. Mais c’est sa vie privée.
Elle aime bien que la fac lui facilite la tâche pour utiliser son ordinateur portable dans de bonnes conditions, mais ne souhaite pas que l’institution envahisse les médias sociaux qu’elle réserve à ses amis, sa famille.

Pour ses études, elle utilise volontiers l’internet et pratique la recherche d’informations en ligne ; elle apprécie d’avoir accès à des contenus structurés de cours sur la plateforme pédagogique. C’est normal, parce que c’est pratique. Ça lui demande plus d’efforts, mais si le cours est de bonne qualité, ça vaut la peine.
Elle aime bien quand le prof trouve un bon équilibre entre le cours en présence et les fonctionnalités de la plateforme ; elle n’aime pas quand il se lance dans des expériences trop « geek », ça la perturbe. Elle est exigeante donc, mais d’abord sur la qualité du cours et sur les échanges avec le prof. Pas tellement sur l’innovation pédagogique.

L’environnement d’études de Petite poucette a beaucoup évolué ces dernières années et les changements à venir sont encore plus importants. Elle ne s‘en rend pas nécessairement compte, elle reste perplexe devant les écarts de pratiques d’un prof à l’autre…

Bien sûr, il ne faudrait pas se méprendre sur cet instantané… Les pratiques numériques sont bien plus inégales qu’il n’y paraît et pas nécessairement « générationnelles », comme on l’a montré dans Jeunesses 2.0 : les pratiques relationnelles au cœur des médias sociaux (dossier d’actualités n°71, février 2012).
Et si les pratiques pédagogiques ont évolué, la fonction enseignante dans l’enseignement supérieur français reste largement impensée (Savoir enseigner dans l’enseignement supérieur : un enjeu d’excellence pédagogique, n°64, septembre 2011).

Pour aller un peu plus loin sur les changements qui sont intervenus dans l’enseignement supérieur, ce nouveau dossier du service Veille et analyses de l’IFÉ (n°78, octobre), Les technologies numériques dans l’enseignement supérieur, entre défis et opportunités, examine quelques travaux de recherche publiés dans les 10 dernières années en France, en Europe et en Amérique du Nord.

Une première partie traite des aspects plutôt institutionnels en essayant d’évaluer dans quelle mesure les technologies numériques constituent un levier pour la modernisation de l’enseignement supérieur et en particulier pour la rénovation de la pédagogie.
Dans un deuxième temps, ce sont les pratiques numériques des étudiants et des enseignants et leur influence sur les attentes en terme d’apprentissage et les conceptions de l’enseignement qui sont examinées.
La dernière partie traite de la plus-value qui réside dans la relation entre pédagogie et technologie et des conditions dans lesquelles cette plus-value peut opérer.

——————-

[1] Pour tout savoir sur Petite poucette :  un entretien (septembre 2011) et une vidéo (aôut 2012) de Michel Serres.