Le Congrès 2014 de l’AIPU s’est déroulé à Mons du 18 au 22 mai. C’était le 28ème… difficile à imaginer que l’AIPU existe depuis si longtemps !
Le fil rouge des conférences plénières était “Pédagogie universitaire: entre recherche et enseignement“. Une occasion pour moi d’intervenir dans une conférence sur la “vulgarisation et médiation scientifique“, au côté de Pierre-François Coen, directeur du service recherche et développement de la haute école pédagogique de Fribourg et rédacteur en chef de la revue Formation et pratiques d’enseignement en questions (revue des HEP de Suisse romande et du Tessin, version francophone des revues américaines relevant de la mouvance du Scholarship of Teaching and Learning).
Ça a été l’opportunité, une fois n’est pas coutume, de présenter les activités du service Veille et analyses de l’IFÉ devant un large auditoire. J’y ai abordé la médiation par l’écriture en me concentrant sur la “revue de littérature scientifique”, genre que nous pratiquons depuis 2005 (cf. Dossiers de veille de l’IFÉ), tout en émaillant la présentation d’éléments de discussion sur ce qui distingue la “veille scientifique” de l'”evidence-based research” et ce qui différencie “médiation scientifique” et “vulgarisation”. En questionnant par exemple la “neutralité” : est-ce qu’être une médiateur scientifique (un passeur dirait Olivier Rey), c’est adopter une posture neutre ?
Cela m’a aussi donné l’occasion de remettre le nez dans le livre d’or qu’on avait ouvert pour les 10 ans du service en 2013, histoire de nourrir ma présentation avec ce que nous savons des usages qui sont faits de nos dossiers et de notre veille documentaire. J’en ai distingué de 4 sortes :

  • ceux qui relaient, recommandent ;
  • ceux qui considèrent que c’est une source d’enrichissement personnel ;
  • ceux qui estiment que c’est une contribution (implicite) à leur professionnalisation ;
  • ceux qui utilisent nos dossiers comme base de réflexion collective pour les orientations et/ou décisions qu’ils ont à prendre.

J’ai aussi fait référence au dossier publié récemment par Olivier Rey sur cette question des liens entre la recherche et les pratiques, Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation et me suis aussi appuyée sur ce que j’avais retiré de ma visite du Clearinghouse for educational research danois et de mes rapprochements avec les projets européens EIPPEE et Know & Pol il y a quelques années.

Download (PDF, 1.83MB)

Et si vous avez du temps, vous pouvez consulter la vidéo de l’intervention (à partir de la 40e minute).